Gérer votre absentéisme en entreprise

Repérer et se repérer dans les chiffres de l’absentéisme

Approche statistique par domaine d’activité

Quantifier des problématiques de ressources humaines telles que l’absentéisme n’est pas chose aisée. L’approche statistique peut paraître séduisante pour l’entreprise.

Néanmoins, en considérant une marge d’erreur à 1% et en prenant en compte uniquement les arrêts maladies (23,4 % des salariés prennent au moins une fois un arrêt maladie par an), une approche uniquement statistique nécessite un échantillon de 6 886 salariés. Si l’on s’en tient au niveau de l’entreprise, cela concerne donc moins de 400 entreprises en France sur les 1,2 millions (hors agricoles) d’entreprises avec au moins un salarié en France (REE INSEE 2012).

Il est donc évident que pour pouvoir se comparer entre entreprises, se benchmarker, il faut procéder, tout au moins dans le secteur privé, à des regroupements, d’abord par convention collective (828 conventions collectives nationales en France), puis par domaine d’activité spécifique si la convention collective est trop vaste.

Par exemple, la convention collective de commerce de gros va regrouper des entreprises avec des produits bien différents, avec les conditions de travail, de pénibilité et salariales qui en découlent.

L’approche statistique par domaine d’activité spécifique semble donc être la méthode correcte, à condition d’avoir les mêmes définitions et les mêmes bases de calcul pour les taux, les paramètres pris en compte et les définitions d’absences et de jours travaillés.

Et cette statistique… n’existe pas !

Les chiffres de l’absentéisme actuellement disponibles

En matière de chiffres de l’absentéisme, il y a ceux de la CNAM, mais qui ne concernent que les arrêts maladies. Quid des accidents de travail et de trajet et des absences injustifiées ?

Accident de Travail

Il y a également les chiffres de la DARES, Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques, qui dépend du ministère du travail mais est rattachée à l’INSEE. Cette administration fournit des données fiables, étudiées mais avec deux inconvénients :

  • d’une part le niveau d’agrégation des données publiées : la DARES publie les statistiques en reprenant le code NAF rev 2 de l’INSEE, soit 10 secteurs majeurs (industrie, commerce/distribution, enseignement/santé, soutien aux entreprises, finances/assurance, transport/logistique, activités immobilières, autres activités de service, restauration et construction)
  • d’autre part, le délai entre les données et leur exploitation. Une des dernières publications (les accidents du travail entre 2005 et 2010 – février 2014 bulletin n°10 ) présente un décalage de trois ans et nous avons compulsé d’autres études présentant un décalage de cinq années.

Face à une société en perpétuel mouvement (accélérant ?) avec l’arrivée de la génération Y, l’usure de la génération Papy boom, une plus grande réactivité temporelle et une segmentation plus profonde nous paraît nécessaire. Ce constat est partagé par plusieurs acteurs en amont et en aval des entreprises et organisations et peut mener à des initiatives comme l’association Référentiel de l’Absentéisme.

A l’instar d’enquêtes menées sur d’autres sujets (appréciation de la conjoncture économique, recrutement de cadres dans l’année…), la participation d’un grand nombre d’entreprises et d’organisations à ce questionnaire permettra d’atteindre pour chaque secteur, domaine d’activité, localisation géographique, des repères pour se situer et surtout viser une amélioration : mettre et tenir le cap est plus facile lorsque l’on dispose d’un phare en vue !


Catégorie : Chiffres de l'absentéisme
Mots clés : Absentéisme, Arrêts Maladies, Conventions collectives, Domaine d'activité, Entreprise, Référentiel Absentéisme, Statistiques
Publié par : Gurvan COLLIN

Laissez une réponse !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *